Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 21:46

Eh bien moi aussi j'ai eu le concours de Lyon cette année (Mais !! on serait pas dans la même classe ?! lol) et ce après avoir passé les concours pendant deux ans. J'ai fait une prépa (la même que Mélanie) à Dijon, qui m'a donné de très bonnes bases mais mon travail personnel n'a pas suivi et ça a certainement joué sur mes résultats aux concours. Donc déjà premier conseil, si vous faites une prépa, ne vous dites pas que la prépa suffit, c'était mon erreur et je le regrette amèrement !
La deuxième année j'étais inscrite en fac de langues et avais presque abandonné l'idée d'orthophonie. "De toute façon j'y arriverai jamais !" je me disais. Et un jour j'ai eu un déclic et j'ai arrêté la fac pour me REconsacrer aux concours, c'était 3 semaines avant le concours de Lyon. Donc inscription ric-rac et turbo dans les révisions. Pendant 3 semaines je travaillais de 9h à 12h pour reprendre à 13h jusqu'à 18h. Je prenais mon gros Vuibert et faisais toutes les unités de travail. Et dès que j'avais le moindre doute ou que je ne comprenais pas quelque chose, je cherchais la réponse dans le Bescherelle et l'écrivais en gros sur un papier. Et ce papier, je l'accrochais au mur au-dessus de mon bureau. Autant vous dire qu'au bout de 3 semaines, mon mur était recouvert de règles de grammaire et d'orthographe ! La culture gé, elle, était accrochée dans les toilettes... lol

Le jour J, environ 3000 personnes étaient présentes... quand on est pas habitué, ça impressionne ! Et on se dit... pourquoi ça tomberait sur moi ? Mais on y croit quand même un petit peu. Par contre en sortant j'y croyais plus du tout !! Le QCM de culture gé était super difficile, et à cause du manque de temps j'avais répondu au hasard aux 3/4 des tests psychotechniques... Sans compter que le résumé était difficile aussi et que j'avais mal lu la consigne de l'invention, ce qui fait que j'ai dû limiter la casse à 2 minutes de la fin de l'épreuve. En bref, j'avais foiré mon concours.

Le mois d'après, je passais le concours de Nice. La dictée était infernale, pas tellement à cause de sa difficulté, mais à cause du rythme de lecture ! Beaucoup de filles avaient des trous dans leurs phrases. Le vocabulaire était plutôt simple, les tests psycho également mais moins que l'année précédente. En revanche, la synthèse n'était pas évidente, et la dissertation encore moins. D'autant plus que 20min, c'est court pour une dissert' ! Au final j'avais l'impression de ne pas avoir raté mon concours, mais je ne pensais pas non plus avoir cartonné.

En mai, les résultats de Lyon sont tombés et par je ne sais quel miracle, j'étais ADMISSIBLE ! Et j'avais un mois et demi pour préparer mon oral. Un mois plus tard, les résultats de Nice sont tombés aussi... Admissible aussi ! Un sans faute alors que l'année d'avant je n'avais réussi aucun écrit sur les 6 que j'avais passés.
L'euphorie est vite retombée, il fallait désormais réussir les oraux... Et c'est d'autant plus stressant qu'on se dit qu'on ne peut pas échouer à ce stade-là !!

A Lyon, le jury était composé de deux femmes (orthophonistes me semble-t-il), une gentille et l'autre un peu moins avenante sans être méchante. Elles m'ont demandé de me présenter, d'expliquer pourquoi j'étais là et d'autres questions sur mon parcours, mes loisirs... Puis elles m'ont donné un texte que je devais jouer. Mais le stress m'a un peu bloquée et je suis restée assise alors qu'il aurait fallu que je le joue à fond. Puis elles m'ont montré une image et j'ai dû leur dire ce qu'elle m'évoquait. Il s'agissait d'une sportive qui criait de joie. Ensuite, elles m'ont demandé de chanter une chanson ET la gamme (ma chanson n'était peut-être pas assez mélodieuse). Enfin, j'ai eu un texte à lire à haute voix et elles m'ont demandé ce que j'en pensais. C'était un texte sur l'exclusion mais j'étais trop concentrée sur mon articulation pour comprendre le sens du texte. J'ai donc pioché 2-3 mots-clés et j'ai fait un rapprochement avec la dyslexie, en bref j'ai sauvé les meubles !
Je suis sortie de cet oral très déçue, en espérant presque en avoir un deuxième pour me rattraper. Mais le jury est revenu vers moi pour me dire que je pouvais partir. Tant pis...

Les résultats sont tombés 3 semaines après (c'est TREEEES long), la veille de mon oral de Nice. Et j'étais ADMISE !!! "Admise", le plus beau mot de la langue française ! lol
Du coup je ne suis pas allée à mon oral à Nice donc double soulagement !

En conclusion, ce concours c'est possible de l'avoir (si, si, je vous jure !). Et y a pas de secret, faut travailler dur ! Et pour moi le bon gros Vuibert est INDISPENSABLE, de même que le Bescherelle. Je vous ai donné ma méthode de travail, elle est je pense parfaite pour moi, mais à vous de trouver la vôtre.

Alors je vous souhaite du COURAGE et aussi de la chance parce que ça joue aussi un peu. Mais surtout le TRAVAIL ! Donc bonne chance, bon courage et bon travail ! Gardez l'espoir !!

 

 

MERCI PIA :)

Partager cet article

Published by bullesdorthophoniste - dans Témoignages
commenter cet article

commentaires

shareen 17/05/2014 23:40

bonjour a vous,
je suis actuellement en réorientation après une PACES (première année commune aux études de santé)complètement raté à cause d'une mauvaise préparation .
j'ai découvert le métier d'orthophoniste et cela m'a tout de suite plu . L’inconvénient est que je n'ai jamais été douer en orthographe et même plutôt nulle. Je suis prête et motivé et travailler
"d'arrache pied" afin de me mettre a niveau mais j'ai peur que cela ne soit pas suffisant...
J'aimerais avoir vos avis par rapport a cela car j'ai pu lire beaucoup de témoignage mais pas une seule fois je n'ai trouver quelqu'un qui avais des difficultés dans cette matière qui est si
importante dans ce cursus.
Avec cet handicape est-il selon vous possible d'y arriver et par ailleurs si vous avez quelques conseils a me donner je les acceptes volontiers .

PS:Je suis actuellement entrain de faire des demandes d'inscription en prépa orthophonie.

bullesdorthophoniste 26/06/2014 21:54



Bonjour, 


 


Je suis désolée je viens seulement de voir votre message. 


Alors concernant votre niveau en orthographe je ne peux pas m'avancer mais je pense que tout est possible avec du travail. Après ma P1, j'étais très loin d'être au top niveau mais ça a marché. Je
pense que votre inscription au sein d'une prépa est une bonne idée, cela vous permettra d'être encadrée et de cibler les faiblesse à travailler.


Pour ma part, pour me remettre à niveau sur les différentes règles de français je me suis aidée du bled français (tout en un) et du dictionnaire d'orthographe Larousse.


Ensuite, les Vuibert sont très bien fait et je pense que les professeurs de la prépa vous conseilleront des ouvrages.


 


Comme je le dis, seul le travail paie et avec la volonté on arrive toujours à ses fins :)


 


Je vous souhaite beaucoup de courage et je peux vous assurer que ce long chemin en vaut la peine !!!! 



laviedenanie 11/02/2012 23:25

C'est une vraie bouffée d'optimisme de lire vos témoignages. Merci !

bullesdorthophoniste 12/02/2012 13:14



=)



Audrey 22/11/2011 19:09

Allez, et un témoignage de plus !

Après 2 ans de préparation tout aussi intensive, je fais aussi partie de cette nouvelle promo à Lyon.

Je viens d'un Bac ES. En terminale, j'ai passé le concours de Nantes juste pour voir ce que ça donnait (c'est assez rassurant de savoir à quoi s'attendre avant de s'y préparer vraiment, et puis on
ne sait jamais, hein ;-)

L'année d'après, je me suis inscrite en prépa à Nantes, une très bonne prépa, avec des profs pour la plupart compétants (sauf 1 ou 2), mais ça m'a donné de bonnes bases, des méthodes de travail.
Cette année-là j'avais passé 5 concours : Paris, Nantes, Caen, Lyon, Lille. Mais je m'étais pratiquement concentrée que sur Nantes que je voulais le plus (Manque de maturité aussi, j'avais assez
peur de quitter Nantes, c'est assez dommage, mais il m'aura fallu cette année pour mûrir et être prête à partir). J'y ai été admissible à l'oral. Mais l'oral ne s'est pas très bien passé.
Pour résumer l'oral de Nantes, il dure une matinée ou un après-midi entier(e). c'est long ! Mais comme on est environ 6-8 à être convoqués ça laisse le temps d'apprendre à se connaître, et on est
plus serein pour passer les épreuves (ressenti général de mon groupe en tout cas). Il faut écrire en 10 lignes ses motivations (1 conseil : avoir déjà réfléchis à quoi mettre sur la feuille, ça
évite un stress supplémentaire), puis viennent les 3 oraux (environ 15 min chacun) :
- avec une orthophoniste et une phoniatre (Elles s'appuient sur les 10 lignes de motivations pour poser des questions, puis rebondissent sur tout ce qu'on dit. Elles essaient beaucoup de nous
piéger mais il ne faut surtout pas se laisser démonter, et bien argumenter ses choix etc. D'ailleurs dans vos motivations écrites, vous pouvez aborder des thèmes dont vous souhaitez parler à l'oral
en les développant peu pour en quelque sorte diriger la conversation en leur donnant envie de poser des questions dessus. Surtout si je peux donner un conseil, c'est de rester cohérent dans ce que
vous dites pour ne pas vous embrouiller, et avoir une idée de ce dont vous voulez parler, de ce qui vous avantage, pour pouvoir en parler dès que l'occasion se présente).
- L'oral avec le pédopsychiatre : Ne pas se laisser déstabiliser !!! Même si c'est un curieux personnage, il n'est là que pour vous tester. Il peut vous parler de tout un tas de sujet allant de
Simone de Beauvoir à "Aimez-vous la confiture", mais c'est plus pour tester votre réaction que votre culture générale. Ou alors nouveauté de cette année : Parlez-moi de vous. (Bien se préparer à
celle-là).
C'est cet oral qui pour moi s'est mal passé, j'ai été complètement déstabilisée par ce qu'il me disait et je n'ai, je pense pas assez soutenu mon point de vue.
- Oral de groupe : Le pédopsychiatre lit un texte souvent philosophique (assez compliqué et peu inspirant mais pour TOUS), et après les candidats doivent en débattre.
Bref au final ma note à l'oral, s'ajoutant à une deuxième épreuve écrite n'étaient pas mauvaises mais Trop moyennes. A savoir qu'à Nantes les notes à l'oral et en dissert ne sont pas forcément très
élevées. Une fille en fin de liste complémentaire (9ème ou 10ème) avait 12 à l'oral et 9 à la dissertation).

L'année suivante, pour des raisons financières, je ne pouvais pas me permettre de faire une 2ème prépa, j'ai donc choisi d'aller en fac de psychologie ce que je ne regrette absolument pas ! Déjà,
ça permet de voir autre chose (et disons le, ça aide pour la 1ère année en école d'orthophonie). Bon par contre, ça demande un double travail : fac et concours. Mais avec les bases de la prépa + un
travail à partir d'annales, de listes, de vuibert (trèèèès utile celui-là) ça me convenait mieux. J'allais à mon rythme, j'étais entourée de gens qui ne pensaient pas qu'aux concours et ça m'a fait
beaucoup de bien, car je me sentais entourée, plus détendue, et du coup j'étais aussi plus efficace dans mon travail. (Bon à la fac par contre : Pensez à s'entourer de personnes travailleuses, ça
aide !). Parce que sinon, je pensais au concours 24h/24h, et ça m'angoissait plus qu'autre chose. Bref. J'ai passé Besançon, Lyon, Nantes, Bordeaux, Paris, Caen. J'ai été admissible à Lyon, Nantes,
Besançon et Paris.

- 1er oral : Paris : Très technique, que des exercices.
Jury : 2 femmes sympathiques et souriantes (Ne ps s'y fier)
Mots à retenir : guidon, glossaire, moka, régal.
Question : Quelles sont les raisons qui pourraient amener un patient à ne pas s'investir dans la rééducation, citez 2 exemples, et dites ce que vous pourriez faire si vous étiez orthophoniste.
Exercices :
Environ 3 à 5 phrases dictées : Une fois ces phrases dites : Donner le dernier mot de chaque phrase. (De plus en plus de phrases).
Répétition de mots et de logatomes
Lecture et résumé (texte sur les amnésies)
Mots de vocabulaire : malot ?, collusion, raout, munificence, enjoindre.
Voulez-vous ajouter quelque chose ?
Bon, j'étais stressée et les définitions : impossible de m'en souvenir. Elles m’ont trouvé un nasonnement (chose dont on ne m'avait jamais parlé et dont on ne l'a plus jamais parlé non plus). Au
final, j'étais trèèèès loin, même pas classée.

-2ème oral : Lyon : Ça c'est plutôt bien passé. Le jury était très aimable. Elles me posaient des questions pertinentes et pas piège ce qui était plus agréable, et ça m'a permis de placer tout ce
que je voulais dire. Je n'étais pas vraiment stressée à l'oral car, j'y croyais assez peu. J'étais mal classée à l'écrit (286ème/320 pour 95 places sachant que l'écrit compte beaucoup). J'ai chanté
l'orage de George Brassens, des gammes (mais elles me donnaient la 1ère note. Jamais fait de musique mais c'était faisable !). Un extrait à jouer (une dispute avec un enfant). Quelques exercices
mais je ne m'en rappelle plus.

- L'oral de Nantes : J'étais archi archi stressée. Et tellement que ça m'a desservi à l'oral. Je n'étais pas moi-même, j'avais l'esprit vide. Je m'étais beaucoup trop mis la pression. A ne pas
faire.
Je n'ai donc pas réussi Nantes à nouveau.

Mais bonne surprise, j'ai été 12ème sur liste complémentaire à Lyon. Une bonne note à l'oral m'a fait gagné beaucoup de places (donc surtout, même si vous êtes mal classés à l'écrit de Lyon, ne
désespérez pas, ce n'est pas perdu, on peut très bien rattraper des places !). Après plusieurs semaines d'attente, j'ai été rappelée par Lyon. Au final 25 personnes ont été rappelées cette année
mais ça varie (35 l'an dernier, 41 l'année d'avant).

Enfin voilà tout ça pour dire que :
- Ça en vaut la peine
- Malgré le travail important et toutes les galères (retards de train de 2h, grippe à Paris, et j'en passe.) on y arrive !
- La clé c'est de trouver sa méthode de travail. D'être prêt à partir.

Et sur ce, bon courage à toutes et tous !

bullesdorthophoniste 22/11/2011 20:14



Merci :)



nad 20/11/2011 12:57

merci pour toutes ces infos!

bullesdorthophoniste 20/11/2011 14:27



:)



Camille 17/11/2011 13:37


Allez je me lance aussi pour raconter mon expérience. J'ai eu également le concours de Lyon,cette année, après 3 ans d'acharnement. Et oui?! 3 ans.

Après un Bac ES, je me suis orientée en prépa pour travailler ce concours. Cette première année est passée à une vitesse incroyable. Après réflexion, je n'avais pas assez travaillé ou plutôt
j'avais mal travaillé. Je me concentrais sur le vocabulaire essayant d'ingurgiter le plus de mots, en dénigrant l'orthographe et les autres épreuves.

J'ai alors décidé de redoubler cette même prépa car elle était vraiment bien. Me voilà, donc en route pour une seconde année de travail acharné rythmé par du vocabulaire, de l'orthographe, de la
conjugaison etc... Là, mon travail était plus organisé et diversifié. La première année de prépa m'avait apporté les bases que la deuxième année est venue compléter.

Lors de ma seconde année je fus admissible à Nice!!! Mais cet oral fut une véritable catastrophe: Et oui, je pense ne pas mettre suffisamment préparée à l'épreuve orale. De plus, le stress me
paralysa: Je n'avais que 10 minutes pour essayer de les convaincre, 10 minutes les plus importantes de ma vie. Conséquence: recalée!!!!
Pour être honnête, j'ai eu du mal à m'en remettre.

Donc me revoilà repartie pour une nouvelle année. J'avais décidé d'arrêter les années de prépa: c'était devenu un peu cher, des années pas reconnues et un besoin de prendre l'air. Mais ça c'est mon
avis et j'ai pas mal d'amies qui ont décidé de faire 3 ans. Et ça a fonctionné: Bravo à elles.

Je me suis alors inscrite en 1er année de lettres modernes. J'avais une passion secrète pour les livres. Ce fut une super année. J'ai appris beaucoup de choses, rencontré des personnes extras. Mais
comme je voulais toujours être orthophoniste, je continuais à bosser les concours pendant mes moments de temps libre. Il m'a fallu une grosse dose d'organisation pour réussir à gérer la fac et le
concours.
Mais comme j'avais déjà mes cours de prépa, je n'étais pas perdue.

Dans ma promo de fac de lettres, j'ai rencontré une fille qui venait également de 2 ans de prépa d'ortho. On n'a pas vraiment bossé ensemble mais on était là à se soutenir et à parler des concours.
Je pense que c'est super important pour ne pas être isolé.

J'avais une seconde vie, ratant des cours pour aller aux concours, déplacer un partiel d'espagnol pour me rendre à Besançon. Bref, je me suis adaptée. Je me suis rendu compte que comme j'avais la
fac à côté, j'étais plus détendue en passant les concours. Et ma tante me disait: Tu n'as rien à perdre. Tu as peur d'échouer? Tu en as connu d'autres, tu te relèveras. Ca permet vraiment de
relativiser: La vie continue!!!!

Il y'a eu pendant cette année des grands moments de doute: La lettre le 1er avril de Paris qui vous annonce votre échec à 30 places, l'échec de Strasbourg également à 90 places et les nuits dans
les hôtels avant les concours.

Mais d'autres bonnes nouvelles sont venues par la suite. Je fus admissible à Caen, Besançon, Lyon, et Nice!!!!!!

Pour rattraper mon erreur de l'an passé; Je mis le paquet dans la préparation à l'oral. Je mis à contribution mes proches en répétant, jouant, réfléchissant ma présentation; Mais j'insiste sur le
terme réflexion. Je me posais quelquefois en me posant des questions: et j'ai découvert des nouveaux arguments: comme le lien fac de lettres et Ortho. Il est important de savoir: qui ont est? Pour
pouvoir exposer ses choix et se défendre.

L'oral de Caen me paralysa et oui encore. On commença par des exercices techniques. Cette entrée en matière était trop technique et je me suis toute suite braquée (Il faut réussir il faut que je
retienne ces chiffres!!!) Grosse erreur. ET puis à Caen, il y'avait une autre épreuve écrite: dictée et résumé qui ne se passa pas bien.

Mais bon ce n'est pas grave, il fallait se reconcentrer pour Lyon et Nice. Au final, je me suis rendue à mon oral de Lyon stressée mais comme j'avais rendez-vous avec une copine qui était en
première, ce fut un bon moment. Elle me raconta des trucs sur l'école, on répéta mon discours. Et ce fut le moment de se lancer.

Le jury était composé de 2 femmes dont l'une jouait le rôle de la méchante. Elles ont tout de suite dit qu'elles cherchaient à me connaître par cet entretien. J'ai trouvé cette entrée en matière
très agréable: je voyais plus cet oral comme une discussion qu'un jugement critique. J'ai pu parler de tout ce que je voulais et je me suis épatée à dire de nouvelles choses. Et puis les exercices
sont arrivés. J'ai eu un texte à lire à voix haute en mettant le ton (suite de phrases impératives), une image à commenter (la même que Pia). J'ai d'ailleurs vraiment développer beaucoup sur cette
photo. Comme je connaissais beaucoup de choses sur l'athlète j'ai pu vraiment développer. Ce n'est pas vraiment le but de l'exercice mais bon je ne voulais rien laisser passer et comme j'avais dit
dans ma présentation que j'étais curieuse. Je pense que ça venait appuyer ma personnalité. Et puis la chanson est venue. J'ai chanté Eh Toto de Boby Lapointe et j'ai dû expliquer mon choix. Et mon
oral était terminé. Je ne suis pas une grande chanteuse mais comme j'étais préparée ça ne m'a pas paru compliqué.

Je n'avais plus qu'à me préparer à l'oral de Nice. Je voulais vraiment prendre ma revanche après l'échec cuisant de l'an passé. J'étais beaucoup plus détendue mais finalement ça n'a pas marché.

Le lendemain de mon oral niçois tombait les résultats lyonnais: Et là après une matinée à penser, sans relâche, aux résultats: ils étaient en ligne: Et là marqué en rouge: ADMISE!!!!! Un grand
soulagement, après tant d'efforts, les pleurs de mes parents, la joie de mes amis, le vrai bonheur quoi. Tout ce que je peux vous dire c'est que c'est POSSIBLE!!!! On m'a toujours dit que le
travail finit toujours pas payer. Et comme Mélanie, j'en suis convaincue.

J'ai eu de vrais moments de doute: tout n'a pas été simple. J'ai rencontré des personnes qui vous plombent le moral (une phoniatre pas très délicate ou une prof d'oral nulle) mais il y'a eu aussi
d'autres personnes. Des personnes qui croient en vous et qui vous motivent. Tout ce que je peux vous dire: c'est croyez en vous et ne laissez personne vous dicter vos choix. C'est vraiment possible
d'avoir ce concours. Il ne faut pas se braquer par ce numerus clausus restreint et décourageant mais à chaque épreuve dépassez-vous!!!!
Bon courage à vous.
Et surtout Accrochez-vous!!!!!!


bullesdorthophoniste 17/11/2011 18:17



Merci Camille :)


 



Présentation

  • : bulles d' orthophoniste
  • bulles d' orthophoniste
  • : Un blog pour vous aider si vous préparez le concours d'entrée en école d'orthophoniste ou pour simplement vous faire partager mon futur métier !
  • Contact

Pages